Wednesday 22nd October 2014,
Wine Paper

Vin bio, consommation et profil des consommateurs

Winepaper 21 octobre 2013 Actualités Vins Pas de commentaire
Vin bio, consommation et profil des consommateurs

La France, en deuxième position mondiale derrière l’Espagne, fait figure de bon élève en matière de viticulture biologique. En 2012, le vin bio représentait 10 % des ventes de produits alimentaires biologiques en France pour un chiffre d’affaires de 413 millions d’euros, soit une croissance de 15 % en un an.

De marché de niche, le secteur des vins bio est en train de devenir une filière à part entière. Selon la dernière étude Ipsos initiée par Sudvinbio dans le cadre du salon Millésime Bio, 1 Français sur 3 consomme aujourd’hui des vins bio, dont les jeunes en proportion plus élevée que dans le vin conventionnel. Des résultats très encourageants pour ce secteur en plein développement.

1 Français sur 3 consomme du vin bio régulièrement

conso_vin
conso_vio_bio

● Le chiffre d’affaires des vins bio en France en 2012 s’élève à 413 millions d’€ (+15% en un an). En 2007 il était de 249 millions d’euros, ce qui représente une croissance de 66% en 5 ans! Cette progression est due à l’augmentation des volumes, les prix étant restés stables.
● Le vin est la deuxième activité exportatrice du pays après l’aéronautique et le chiffre d’affaires des vins bio à l’export est de 58 millions d’euros.

conso_vin_bio_motivation

Des consommateurs prêts à payer plus cher pour le respect de l’environnement
La préservation de l’environnement est le critère n°2 dans les motivations d’achat d’une bouteille de vin bio après l’origine qui reste, comme dans le vin conventionnel, le critère n°1 des français. Cité par 43% des personnes interrogées, il arrive devant le critère prix (30%). Les consommateurs de vins bio sont d’ailleurs 73% et les Français 57% à accepter de payer plus cher des produits contribuant à la préservation de l’environnement. Les Français déclarent d’ailleurs dépenser en moyenne 8,70€ pour une bouteille de vin bio destinée à leur consommation quotidienne (contre 6,90€ pour une bouteille de vin conventionnel) et 15,20€ pour une bouteille à offrir (contre 14€ en conventionnel).

La vente directe, circuit de distribution de prédilection
78 % des consommateurs de vin bio et 67 % des Français préfèrent acheter des produits frais au marché plutôt qu’en grande surface.
● Dans le secteur des vins biologiques, la vente directe représente 36% des ventes suivie de la vente en magasins bio spécialisés (27%). La grande-distribution représente quant à elle 19% des ventes. Enfin 17% des ventes sont assurées par les petits artisans et commerçants, ce qui n’est pas le cas du secteur des vins conventionnels où la grande-distribution domine largement.

Les consommateurs de vin bio, qui sont-ils?

Des hommes de + de 45 ans majoritairement
56% des consommateurs de vin bio sont des hommes de + de 45 ans. Le même profil principal que pour les vins conventionnels. Ce sont des amateurs de vin en général et 57% d’entre eux en consomment au moins une fois par semaine.

Des CSP + diplômés
Les consommateurs de vin bio sont davantage que la moyenne issus de catégories sociales aisées. 36% des consommateurs de vin bio sont cadres ou exercent une profession intermédiaire (contre 27 % de l’échantillon global), 32 % disposent de revenus mensuels supérieurs à 3 000 € (contre 25 %) et surtout 35 % ont un diplôme au moins égal à bac + 3 (contre 25 %).

Le prix d’une bouteille de vin n’est probablement pas la seule explication à ce profil plus « élitiste » des consommateurs de vin bio : la soif de découverte et l’attachement au respect de l’environnement sont également des éléments déterminants qui sont traditionnellement plus prégnants parmi les catégories socioprofessionnelles privilégiées.

Des épicuriens
Les consommateurs de vin bio se montrent attachés à un certain « art de vivre » proche du terroir : cuisiner est un vrai plaisir pour 40 % d’entre eux (contre 31 % en moyenne), ils sont plus nombreux à apprécier boire du vin chez eux plutôt qu’au restaurant (66 % contre 62 %) et nombre d’entre eux considèrent s’y connaître plutôt bien en vin (43 % se donnent une note supérieure ou égale à 6/10 contre seulement 22 % des Français dans leur ensemble).

Focus sur

Les jeunes, sensibles aux arguments écologiques
Les jeunes de 18 à 24 ans, peu présents chez les consommateurs réguliers de vin (8 %) représentent une proportion plus élevée des consommateurs de vin bio (14 %). Des résultats encourageants pour la filière bio. En effet, ce public qui représente les consommateurs de demain est particulièrement sensible aux arguments écologiques. Ils sont plus nombreux que la moyenne à juger ces vins non seulement respectueux de l’environnement et du producteur mais aussi plus authentiques et meilleurs pour la santé. Par ailleurs, ceux qui parmi eux achètent régulièrement ou de temps en temps du vin bio placent le respect de l’environnement en tête de leurs critères d’achat, au même niveau que l’origine.

Les femmes, plus sensibles au bio
Les femmes consommatrices de vin bio s’auto-évaluent moins bien que les hommes sur leur connaissance en vin. En revanche, elles sont très sensibles aux produits bio en général et sont 62% à déclarer en acheter régulièrement. Côté vin, elles représentent 44% des consommateurs de vin bio.

Découvrir le site du salon Millésime Bio : www.millesime-bio.com

Etude Ipsos : méthode et échantillon
Commanditée par Sudvinbio auprès d’Ipsos, l’enquête « Le vin bio en France: consommation et profil des consommateurs » a été menée du 1er au 9 juillet 2013 par internet, auprès de l’Access Panel d’Ipsos.

Echantillon: 2001 personnes âgées de 18 à 64 ans constituant un échantillon national représentatif de la population française (méthode des quotas: sexe, âge, profession de la personne de référence du foyer et région).

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire