Saturday 23rd August 2014,
Wine Paper

Vente en ligne, un nouveau business model pour le vin ?

Winepaper 13 décembre 2012 Actualités Vins, Business 4 commentaires
Vente en ligne, un nouveau business model pour le vin ?

Début novembre, Amazon, le géant américain de la vente en ligne se lance dans le vin en développant une offre spécifique pour les vignerons. En échange d’un abonnement mensuel, le vigneron peut mettre en ligne ses bouteilles sur Amazon. Le site prélève une commission sur la vente et facilite la mise en relation avec l’acheteur et les différents acteurs de la chaîne logistique (tarifs préférentiels et outils spécifiques développés avec UPS).

Quelques jours plus tard, Wine.com, le site de vente de vin n°1 aux Etats-Unis (donc dans le monde….) annonce le lancement d’une offre similaire (détails ici).

Ça se passe de l’autre coté de l’atlantique, mais concrètement que signifient ces deux annonces ?

La principale problématique dans la vente de vin sur Internet reste le stockage et la logistique. Avec ce type d’offre, inspirée du modèle de mise en relation d’eBay, les deux géants du web contournent ce problème et le « transfèrent » aux vignerons ou à des sociétés tierces.

Une solution simple et efficace pour élargir son catalogue, capitaliser sur son trafic (plusieurs millions de VU/mois) et optimiser son réseaux de partenaires. Ce modèle permet également de répondre aux critiques de certains consommateurs qui se plaignent de retrouver toujours les mêmes références chez les marchands du web.

En France, les sites de vente spécialisés dans le vin en sont encore aux ventes privées et découvrent à peine les offres d’abonnements… A notre connaissance, le seul site basé sur un business modèle similaire est Monvigneron.com

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

4 Commentaires

  1. Christophe DECOGNE 13 décembre 2012 at 17 h 53 min

    Si je puis me permettre de compléter votre réflexion quant aux « nouveaux modèles économiques », le site entrecaivsites.com propose une autre solution innovante de vente en ligne qui elle fait appel aux cavistes.

  2. Ethiquettes 18 décembre 2012 at 16 h 42 min

    Bonjour,

    Votre connaissance est donc passée à côté d’Ethiquettes.fr. Nous nous battons depuis plus de deux ans pour développer ce modèle avec des vignerons partenaires.

    Mais mettre à disposition une plateforme ne suffit pas à beaucoup d’entre-eux. Ils doivent déjà cumuler beaucoup de métiers, difficile d’imposer aux plus modestes de s’improviser en plus eCommerçant.

    Pour notre part, nous les déchargeons quasiment entièrement de la gestion des commandes passées sur le site. Quand on leur dit qu’ils n’ont plus qu’à expédier, c’est vrai !

    Par ailleurs, les internautes ont besoin d’être guidés dans leur achat, par un conseil, une sélection. Cela fait partie des services qu’un site de vente de vin doit pouvoir apporter. Amazon saura-t-il faire ça ?

  3. guillaume le bourguignon 22 décembre 2012 at 22 h 27 min

    analyse tres juste dans l article, les enjeux sont bien dans la logistique. le système americain sera sans doute adapte aux productions américaines, c est a dire géantes. Pour notre bon vin français de petits producteurs, plein de concepts en développement sur internet, il n en sortira pas un modèle unique !

  4. Jay 7 mars 2013 at 10 h 21 min

    J’ai une petite remarque concernant les ventes privées. L’article fait sous-entendre que les ventes privées sont l’étape préliminaire avant de développer un business modèle différent. Je ne suis pas sûr que ca soit le cas. D’ailleurs je considèrent les ventes privées comme un business modèle à part car le positionnement est complètement différent. Les sites évoqués dans l’article s’intéressent au volume. Les sites de ventes privées comme http://www.grandscrus-prives.com sont très spécialisés sur les produits moyenne et haute-gamme. Et le problème qu’on trouve toujours des mêmes références n’est pas valable car l’offre change toutes les semaines selon la sélection.

Laisser un commentaire