L’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) vient de publier un rapport sur les tendances de production, de consommation et les flux de vins rosés dans le monde depuis 2002. Ce focus a été réalisé en partenariat avec le Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP). En voici les principaux points.

La production de vins rosés s’est développée ces dernières années sous l’impulsion d’une augmentation de la consommation. On estime la production mondiale à 24,3 millions d’hectolitres en 2014, soit 9,6 % de la production mondiale de vins hors effervescents.
Quatre pays représentent 80% de la production : la France (7,6 Mhl en 2014), l’Espagne (5,5 Mhl), les Etats-Unis (3,5 Mhl) et l’Italie (2,5 Mhl).

La France et les Etats-Unis sont les principaux consommateurs de vins rosés, avec respectivement 8,1 et 3,2 millions d’hectolitres consommés en 2014. La consommation mondiale de vins rosés atteint 22,7 Mhl, en 2014 soit une augmentation de 20 % depuis 2002.

La consommation de rosé se mondialise et le nombre de consommateurs augmente chaque jour, notamment au Royaume Uni (+250% depuis 2002), en Suède (+750%), mais aussi au Canada (+120%) et à Hong-Kong (+250%). Toutefois la France enregistre la plus forte hausse ces dernières années : + 2,5 Mhl entre 2002 et 2014. Les vins rosés représentent actuellement 30% de la consommation totale de vins tranquilles, contre 16% en 2002. Ce développement de la consommation est porté par les « jeunes ».

Depuis 2002, les exportations mondiales de vins rosés (9,8 millions d’hectolitres en 2014) ont connu une croissance soutenue, stimulée par une forte demande provenant de grands pays consommateurs, notamment les pays non producteurs comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique.

Crédit photo : Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence