Saturday 20th December 2014,
Wine Paper

Le beaujolais nouveau c’est quoi ?

Winepaper 13 novembre 2012 Actualités Vins, Production Pas de commentaire
Le beaujolais nouveau c’est quoi ?

Pour produire le beaujolais nouveau, le vigneron pratique une macération courte, de 4 à 5 jours maximum. Cette macération nécessite un savoir-faire particulier : en effet, un vin soutiré de la cuve trois heures trop tôt sera trop léger et sans couleur ; si, au contraire, la cuvaison dure trois heures de trop, le vin nouveau sera marqué par des tanins plus durs.

Un seul cépage : le gamay noir à jus blanc
Mode de vinification : en grappes entières. Il est spécifique au Beaujolais.
Durée de cuvaison : rapide, elle s’étend de 4 à 5 jours et doit extraire un maximum d’arômes de fruits, sans l’astringence de tanins trop présents.

Principales étapes :
– les vendanges : elles sont manuelles, sauf exception. Le Beaujolais est le seul vignoble français, avec la Champagne, où la vendange à la main est généralisée,
– encuvage,
– première fermentation alcoolique,
– pressurage,
– assemblage des jus de tire (jus issu de la cuve) et de presse (jus issu du pressurage) dans une cuve où ils achèvent leur fermentation,
– fermentation malo-lactique : les bactéries transforment l’acide malique en acide lactique. Le vin s’assouplit. Son acidité diminue. Pour la plupart des vins, cette deuxième fermentation permet d’atteindre la stabilité biologique dans le mois qui suit la récolte.

Deux appellations sont productrices de beaujolais nouveau : les beaujolais et beaujolais-villages. Elles couvrent 11 000 hectares de vignes et donnent naissance non pas à un seul beaujolais nouveau, mais à des beaujolais nouveaux, dont les caractéristiques varient en fonction des terroirs et de la « patte personnelle » du producteur.

L’appellation beaujolais comprend 72 villages de la partie sud et est du vignoble. Implantée sur des sols argilo-calcaires et granitiques, elle est commercialisée à près de 60% en beaujolais nouveau. Elle représente les 2/3 des volumes de beaujolais nouveau, soit 171 000 hl environ.

Les beaujolais-villages sont situés sur 38 communes, aux sols granitiques, avec des coteaux escarpés. Ils représentent 1/3 des vins vendus en « nouveau » : près de 4 100 000 hl de beaujolais villages ont été commercialisés, en 2011, avec l’étiquette « beaujolais-villages nouveau ».

La récolte globale, en 2011, pour les 12 appellations du Beaujolais, s’est élevée à 852 500 hl.

Des années cinquante, où la libération anticipée des vins nouveaux est autorisée par l’administration des contributions indirectes, à la fin du XXème siècle, les superficies de vignes et les volumes produits se sont nettement accrus :
– le vignoble est passé de 14 680 hectares, en 1954, à 15 422 hectares en 1961 et 18 000 hectares aujourd’hui.
– la production de beaujolais nouveau est passée de 15 000 hl (à peine 2 millions de bouteilles) à 260 000 hl (35 millions de bouteille) en moyenne. Ce fantastique accroissement résulte du succès planétaire de ce vin hors normes autour duquel est né un phénomène de société.

Un petit dernier ? Le beaujolais nouveau rosé, lancé en 2006 au Japon.

Les premières cuvées de beaujolais et beaujolais-villages nouveaux rosés ont été commercialisées au Japon, en 2006. En 2007, le beaujolais nouveau rosé a fait son apparition sur les linéaires français. Si leur production est encore confidentielle, ces vins fruités sont de plus en plus nombreux, de millésime en millésime : 2 700 hl, en 2007, 5 449 hl en 2009, 6 300 hl en 2011 répartis entre les deux appellations, beaujolais (6 000 hl) et beaujolais-villages (300 hl). Soit un total de près de 840 000 bouteilles.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire